Initiation au Jazz #1

Salut les curieux ! Alors j’entend souvent dire « Ouais le jazz c’est sympa mais j’y connais rien » ou « C’est un peu tout le temps pareil le jazz nan ? » ou encore « C’est un truc de vieux ça ». Du coup mon devoir de citoyen engagé m’oblige à vous pondre ce petit dossier que je ferai en 3 parties. Evidemment je vais juste survoler sinon ça prendrai 2 ans. Alors pour répondre au questions précédentes, oui le Jazz c’est un truc de vieux mais c’est pas grave parce que c’est vachement bien ! Alors pourquoi s’en priver ? Le Jazz c’est pas tout le temps pareil faut pas déconner faut juste écouter les bons albums et ce dossier est là pour ça, ici je vais te parler des différents genres qui constitue le Jazz. Et enfin, si t’y connais pas grand-chose sur le sujet, je te pardonne c’est un genre qui a une longue histoire avec plein d’artistes majeures qui passent rarement à la radio donc à moins d’acheter un bouquin à 20 balles à la Fnac de 800 pages, c’est chaud.

Du coup dans ce premier volet de l’initiation au Jazz je vais te causer de l’origine du Jazz (en commençant par les années 20) jusqu’à la fin de la période Swing Jazz dans les années 40. Ensuite, si t’es motivé tu pourras lire la deuxième partie sur le Bebop et le Cool Jazz (de 1940 à1960) et même la troisième partie qui traitera le moment ou le jazz est devenu bordélique avec la multiplication des genres de jazz un peu farfelus (de 1960 jusqu’à aujourd’hui en gros).

gl-history-new-orleans-jazz-417109b1.jpg.885x497_q90_box-0,68,1366,836_crop_detail
King Oliver’s Creole Jazz Band en 1920

L’origine du Jazz

Le Jazz en 1920 c’est à la Nouvelle Orléans que ça se passe. A l’époque, on voyait surgir dans les rues des « brass bands » sorte de concerts défilés militaires. Déjà c’était top parce que ça mettait grave l’ambiance dans les rues (pas mal pour faire son marché) et puis c’était surtout le symbole de la libre expression des noirs américains dans un pays qui était à l’époque pas très sympa avec eux.

x001507.tif—MS 2800, Box 72, Folder 1911—James Reese Europe and
Bienvenue au Clef Club !

Au début c’était des orchestres comme le Clef Club, créé par James Reese Europe qui se produisait pour de grandes salles. Mais un autre type de formation s’est propagé notamment sous la houlette d’un certain Louis Armstrong (Tu connais forcement ça ) et là je te cite le Creole Jazz Band. Avec ces formations restreintes (6-7 musiciens) on commence à entrevoir une forme d’expression solo de la musique jazz. En même temps c’est l’arrivé des premières salles de danse où on passe cette musique novatrice. Donc le Jazz des origines c’est le jazz des rues et des salles de danse, le but ? Libérer l’expression des noirs américains et oublier ses problèmes du quotidien.

Louis-A-with-King-Olivers-Creaole-Jazz-Band-copy-3
Défi : Trouve la bouille de Louis Armstrong

Le Swing

Le Jazz a connu son premier âge d’or dès les années 20 avec la démocratisation du concept des Big Bands apporté par Armstrong. Le Jazz est devenu une musique qu’on écoute partout, dans les bars clandestins (à cause de l’interdiction de l’alcool) à la fin du travail et toute la nuit pour danser et essayer de pécho. Mais le Jazz a connu un premier problème avec la ségrégation. Effectivement, pas besoin de s’appeler Einstein pour comprendre que dans un pays raciste comme les Etats unis de l’époque, on jouait de la musique chacun de son côté. On avait les Big Bands « noires » avec Duke Ellington et les Big Bands « blanches » avec Benny Goodman. Heureusement pour nous, la magie du Jazz a opéré dans les années 30 et ce processus a commencé à prendre fin quand on a vu apparaître les premières Big Bands mixte.

0001115893
Ecoute « Best of Big Bands » de Glenn Miller, Une compil’ qui résume bien l’époque des Big Bands

Le Swing est par définition un courant du Jazz où le but est de danser, c’est au passage sur ce genre de musique qu’on dansait le charleston. Mais il faut situer aussi le contexte économique. Pendant la grande dépression de 1929 le swing s’est muté en sweet (Avec les sweet bands), le rythme s’est adoucit. l’objectif est de soigner les maux d’une société fragilisée par la pauvreté.

L’histoire du Jazz continue dans les années 40 avec le Bebop et le Cool Jazz  mais ça c’est au prochaine épisode…

>> Initiation au Jazz #2 <<

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s